un peu d’analyse dans ce monde de clics
Le blog en partenariat avec Estives
28

fév
Les classes moyennes vont-elles payer le prix de la révolution numérique ?

Average is overTyler Cowen, économiste américain, n’y va pas mollement en prédisant que la révolution numérique va conduire à l’extinction de la classe moyenne. Il prédit une bi-polarisation de la société des pays développés entre une classe dominante et propriétaire (10 à 15 % de la population) et une classe asservie, productrice mais sous contrôle numérique, consommatrice de prestations dévalorisées car rendues très abordables par la digitalisation de la société. Le raisonnement est toutefois le même que celui fait au début du XXème siècle qui voyait, avec la révolution industrielle, la paupérisation accrue de la classe populaire. Il en a été l’inverse et l’offre accrue de produits bon marchés a favorisé le développement d’une classe moyenne plus large pour les consommer et fatalement les produire. Relevé des compteurs au XXIIème siècle.

Catégorie: Non classé, USAGES NUMÉRIQUES | Pas de commentaires
4

fév
Vantardise et dénonciation : le pile et le face d’internet

Internet signalementIl avait maltraité un chat et s’en était vanté sur Facebook : il n’a fallu que quelques heures à la police pour identifier le fautif, le déférer devant la justice et le faire condamner à un an de prison. Même situation en Isère où deux jeunes maltraitent un handicapé mental : quelques heures après la diffusion de leurs images, les fautifs sont en garde à vue.

C’est un phénomène nouveau où internet joue le pile et le face d’une société qui dessine ses nouveaux contours. D’un côté, la tentation de la notoriété facile, via les réseaux sociaux. De l’autre, la dénonciation collective, via les réseaux également, mais aussi via des sites comme www.internet-signalement.gouv.fr « portail officiel de signalement des contenus illicites sur internet » du Ministère de l’Intérieur, 124 000 signalements au compteur rien que pour 2013. Officiellement, le portail vise à identifier les contenus illicites diffusés sur la toile ; dans les faits, c’est aussi un appel à la délation, pratique autorisée en Suisse mais interdite en France. Ce qu’internet donne d’un côté, il le reprend de l’autre.

Catégorie: RÉPUTATION, USAGES NUMÉRIQUES | Pas de commentaires