un peu d’analyse dans ce monde de clics
Le blog en partenariat avec Estives
19

mar
Avec 80 % de son CA sur internet, 3 Suisses abandonne le papier

catalogue-3suissesFin d’un bon gros mythe de 1 000 pages : 3 Suisses annoncent l’abandon de son catalogue papier. Avec 80 % de ses ventes déjà réalisées sur internet, le reste par téléphone, le papier devenait une vitrine coûteuse ; resteront quelques petits catalogues thématiques.

La vente à distance souffre depuis plusieurs années. La Camif et La Redoute on fait défaut et 3 Suisses perd de l’argent depuis 5 ans. Les gros acteurs du secteur doivent réinventer un modèle autour du numérique.

Catégorie: BUSINESS MODELS | Pas de commentaires
14

mar
Les corporations à l’épreuve de la révolution numérique

Demanderjustice.comUn à un, les corporations sont secouées par l’irruption de modèles numériques dans leurs périmètres d’activité. Il y a eu les taxis contre les VTC et leurs clients équipés de smartphones leur signalant les véhicules libres. Il y a eu les pharmaciens qui n’ont pas pu empêcher la vente en ligne de médicaments, même si l’exercice est assujetti à une officine. Ils échapperont à la fin tragique des journaux gratuits de petites annonces : rayés de la carte. On ne parle même plus des Commissaires Priseurs, tant le modèle des enchères est presque aussi vieux que le web. Les avocats, à leur tour, viennent de perdre une manche : le barreau de Paris a relaxé le site Demanderjustice.com de leur saisie pour exercice illégal de la profession d’avocat. Il est donc possible de préparer en ligne et sans avocat, la saisine d’un juge de proximité. Internet a 25 ans et la mutation numérique n’en est qu’à ses débuts. Réalisons que tous les monopoles et tous les prés carrés vont disparaître.

Catégorie: BUSINESS MODELS, CONSOMMATION | Pas de commentaires
6

mar
Pourquoi les Big Fyg rachètent tout ?

whatsapp[1]Record battu : Facebook a sorti 19 MM$ pour racheter WhatsApp, une start up de 55 personnes. En quelques années, les Big Fyg –Facebook, Yahoo !, Google – ont raflé toutes les start up prometteuses  du web, à l’exception de leurs congénères de la même génération, tels LinkedIn et Twitter, qui ont pris de vitesse leurs appétits pour aller en bourse, et des irréductibles comme SnapChat, qui a refusé une offre à 3 MM$ de Facebook. Depuis dix ans, Facebook a racheté des dizaines de sociétés (dont Instagram) ou de brevets, Google plus de 100 (dont YouTube) et Yahoo!, qui tente de se relancer en multipliant les acquisitions et a conclu des deals comme Tumblr. C’est simple, l’appétit des Big Fyg est tel, qu’ils assèchent le marché : aujourd’hui, un nouveau Google n’aurait pas le temps de grandir. Stratégie défensive, les Big Fyg rachètent tout ce qui pourrait présenter une forme de concurrence à venir : marques, brevets, cerveaux, fichiers clients… Et leurs moyens financiers sont maintenant sans limite.

Catégorie: BUSINESS MODELS | Pas de commentaires