un peu d’analyse dans ce monde de clics
Le blog en partenariat avec Estives
14

mai
Les Beacons, armes d’intrusion massive

beaconC’est sans doute le chaînon manquant entre le point de vente physique et le numérique : les beacons, ce sont ces petits capteurs que l’on peut facilement dissimuler à l’entrée d’un magasin ou dans un rayon et qui ont la faculté d’émettre un message en direction de tout smartphone qui passe à leur porté et dont la fonction bluetooth est activée. Comment résister à une offre de réduction qui fait vibrer votre mobile au moment même où vous prenez le produit en main ?

Aux USA, Apple a équipé ses 250 magasins. Des distributeurs et des chaînes ont équipé leurs points de vente comme les grands magasins Macy’s. Accessibles dès 5$ le boîtier, les beacons représentent un investissement infime pour un ROI monumental. Seule contrainte : les consommateurs doivent télécharger une application permettant de détecter les messages émis par les beacons, ce qui ne devrait pas être trop difficile à obtenir auprès des accros des marques. Le danger, c’est la saturation. Le risque d’intrusion est fort, mais si les enseignes sont intelligentes, c’est peut-être la poule aux œufs d’or qui va renouveler la complémentarité physique + numérique.

Catégorie: BUSINESS MODELS, CONSOMMATION | Pas de commentaires
7

mai
Pourquoi TripAdvisor rachète La Fourchette ?

La Fourchette Le géant américain au CA d’1MM$ confirmera dans les prochaines semaines le rachat de La Fourchette, premier site de réservation de restaurants en France. La Fourchette, qui a été valorisée plus de 40 millions d’euros lors d’une récente levée de fonds, ne représente pourtant qu’une petite bouché pour le site américain et ses 2 000 salariés. TripAdvisor s’est lancé dans une politique de rachats tous azimuths dans le domaine du tourisme online : Tiny Post, Gate Guru, ou Oyster sont ainsi rentrés dans son escarcelle. Aux Etats-Unis, TripAdvisor est passé à côté du marché de la réservation en ligne, capté par OpenTable. Racheter La Fourchette lui permet de se rattraper en Europe en verrouillant le marché et de compléter ses bases de données consommateurs et ses partenariats B to B, les deux jambes de son modèle économique. C’est encore une belle start up française qui passe sous pavillons étranger. Quand le sussès commercial n’est pas suffisant, les leaders du web préfèrent payer.

Catégorie: BUSINESS MODELS | Pas de commentaires