un peu d’analyse dans ce monde de clics
Le blog en partenariat avec Estives
2

sept
La révolution numérique, moins prometteuse que la révolution industrielle ?

Le monde est clos et le désir infiniAuteur d’un nouvel ouvrage « Le monde est clos et le désir infini », Daniel Cohen interpelle la révolution numérique. Moins significative à ses yeux que la « révolution électrique », qui a fait rentrer les villes à la campagne et a apporté des progrès majeurs pour l’humanité, la révolution numérique apporte un changement sans croissance, détruisant toute tâche répétitive et ne faisant que compenser économiquement ce qu’elle détruit.
Pour l’auteur, la société numérique améliore la communication mais elle fait aussi naître un entre soi social qui ne résout pas la question d’une société encore et toujours hiérarchisée et liée par des liens de subordination. Il se profile une révolution de confort social, mais le manque de croissance économique généré remet en cause la « religion du monde moderne » qu’est la croissance. Reste que nous vivons bien une révolution majeure, dans la lignée de la révolution agraire et de la révolution industrielle. Ce postulat, lui, n’est pas remis en cause.

Catégorie: Non classé | Pas de commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


+ un = 2

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>