un peu d’analyse dans ce monde de clics
Le blog en partenariat avec Estives
16

nov
Investissements pub : le monde bascule en 2017 aux USA

Investissements pub USL’institut Forrester Research annonce un changement d’ère en 2017 aux Etats-Unis, et donc dans les années suivantes en Europe. A cette date, les investissements publicitaires sur internet dépasseront ceux faits en télévision. Sont inclus dans les investissements interactifs : le search, le display, le social media marketing et l’e-mail marketing. En 2019, le cap des 100 Mds$ d’investissements sera franchi, avec 43 % pour le search et 36 % pour le display. A cette date, le digital représentera 35 % des investissements publicitaires US contre 24 % en 2014, une conquête démarrée il y a 15 ans à peine. Les nouvelles frontières sont le mobile et le social média qui connaîtront les plus fortes croissances. On fait le pari d’un copié-collé en Europe avec quelques années de décalage : à cette échéance, un horizon de quelques années seulement, les usages de consommation des médias auront radicalement changé. Les acteurs qui ne s’y préparent pas aujourd’hui disparaîtront.

Catégorie: USAGES NUMÉRIQUES | Pas de commentaires
10

nov
Les entreprises les plus numériques croissent 6 fois plus vite

Croissance 6 fois plus rapideCa y est : la France réalise qu’elle a un retard numérique et une formidable opportunité pour booster sa croissance. Le Conseil du Numérique est lancé, qui foisonne d’idées, mais sans attendre ses conclusions, Lemoine a présenté son rapport aux ministères concernés sur la transformation numérique de l’économie française. Celui-ci formalise des propositions, et part d’un postulat : la transformation numérique comporte plus d’opportunités que de risques. Reste à convaincre les entreprises. Si 59 % des français achètent sur internet, seules 11 % des entreprises vendent sur le web. Un décalage aux multiples sources (pas de budget, pas de compétences…) mais dont les entreprises feraient bien de faire une priorité stratégique. Le cabinet Roland Berger estime dans une étude récente que les entreprises les plus mâtures pour leur activité numérique, connaissent une croissance six fois plus rapide que les moins mâtures. Et le bien-être de leurs salariés serait de 50 % supérieur.

Catégorie: USAGES NUMÉRIQUES | Pas de commentaires
7

nov
Hashtaguer peut être contre productif

AtoudesuitealaposteCoup sur coup, deux exemples de bad buzz rappellent ô combien il peut être dangereux de jouer avec les réseaux sociaux. C’est tout d’abord La Poste qui risque son #atoutdesuitealaposte relayé en affichage et par achat de hashtags sponsorisés. Résultat : une viralité limitée, mais un déversoir de plaintes de clients associées au hashtag. Ce n’est encore rien comparé au #mynew10 lancé par la Banque Centrale Européenne pour relayer un concours de selfies destiné à populariser le nouveau billet de 10€ : une avalanche de moqueries à l’échelle de l’Europe. Dans les deux cas, deux institutions dont l’image est écornée par l’histoire et qui génèrent des réactions négatives d’autant plus regrettables que 1) elles ont été sollicitées par leurs émetteurs et 2) ce sont leurs promoteurs qui donnent la tribune à leurs détracteurs. Dans les deux cas, on a peut-être succombé à la volonté de « rester dans le coup » en adoptant des codes de communication pour lesquels ces annonceurs ne sont pas prêts, ou tout simplement, a-t-on sous-estimé le mécontentement des usagers. Les fondamentaux de la communication restent valables avec les réseaux sociaux, à commencer par communiquer sur ce sur quoi la marque est crédible.

Catégorie: USAGES NUMÉRIQUES | Pas de commentaires
4

nov
Captologie, réseaux sociaux et influence

CaptologieLa captologie (de Computer as persuasive technologies) est cette nouvelle science du comportemental née de vies connectées à des machines où ceux qui se ressemblent se likent. Le postulat est que les outils numériques façonnent des comportements, cela va de soi, mais aussi des opinions. A ce jeux, les réseaux sociaux sont au cœur de l’influence. L’histoire des réseaux sociaux est pourtant très brève, mais en quelques années, elle a déjà bouleversé le monde. Avec 1 terrien sur 5 abonné à Facebook, les réseaux ont pris une place prépondérante dans l’information et les usages. Une étude à grande échelle menée chez 680 000 utilisateurs de Facebook a démontré que lorsque le flux d’informations reçues par un abonné était excessivement négatif ou positif, son propre jugement devenait alors lui aussi excessivement négatif ou positif, en dehors de tout contact physique avec les personnes ou les faits. Une autre étude du Pew Research Center démontrait la capacité des réseaux à cliver les opinions et à fédérer uniquement par similarités. Pour les marques, c’est un champ d’expérimentation comme l’a été la sociologie des groupes restreints  au XXème siècle. L’art consiste à exploiter la dynamique clivante des réseaux. Il faut  identifier des internautes influenceurs qui vont parler positivement d’un produit ou d’une marque, mais il faut également que cette information soit crédible aux yeux de l’internaute et rien de tel que l’émotion pour diffuser aux masses une info positive et relayée. Identifier les leviers émotionnels d’une marque, les scénariser,  les événementialiser, les diffuser via les réseaux sociaux et les faire relayer par des influenceurs biens choisis est une stratégie de marque profitable. Nombreuses sont celles qui la pratiquent déjà : Red Bull en est sans doute la référence.

Catégorie: USAGES NUMÉRIQUES | Pas de commentaires
2

nov
Abribus connectés : un pas de plus vers une cité digitale

Abribus connectéD’ici à l’été 2015, 2 200 abribus de Paris vont être changés. Les précédents dataient de 1994 : on n’était pas loin du poinçonneur des Lilas. Vingt ans plus tard, la Ville et Decaux proposent un modèle « connecté ». Chaque usager pourra y recharger son portable ou sa tablette. Des écrans tactiles seront progressivement installés (pour 100 des 2 200 abribus seulement), qui délivreront des informations sur les environs et notamment les stations de Vélib’ et l’Autolib’ à proximité. L’effort est louable pour projeter un ciyoyen dans une cité toujours plus digitale, même si un projet plus abouti aurait permi à l’usager d’occuper son temps jusqu’au prochain bus en lui proposant des services publics ou marchands, en participant à des enquêtes de satisfaction en ligne ou en appelant un taxi si tel est son choix. La Ville de Paris a lancé un concours d’applications destinés aux nouveaux écrans. La volonté est là en attendant l’ambition.

Catégorie: USAGES NUMÉRIQUES | Pas de commentaires